Something went wrong with the connection!

Actualité

MÉDIAS : LES DIFFUSEURS DE TÉLÉVISION EN SÉANCE DE TRAVAIL AVEC BILI -BY -NZE

MÉDIAS :  LES DIFFUSEURS DE TÉLÉVISION EN SÉANCE DE TRAVAIL AVEC BILI -BY -NZE
August 30
07:02 2017

Libreville, ce 29 août 2017, Alain Claude Bilie-By-Nze, ministre de la communication S’est entretenu avec les diffuseurs de télévision, sur la redevance audiovisuelle et cinématographique, le code de la communication et l’agrément technique.

Constitués entre autres des responsables de Canal+ et Satcon, les diffuseurs de télévision étaient en séance de travail le 29 août à Libreville, avec le ministre en charge de la Communication, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

La rencontre visait à expliquer les modalités de l’application de la redevance audiovisuelle et cinématographique, ainsi que de l’agrément technique institué par l’Etat, pour faciliter le développement des médias publics.

A cet effet, Alain-Claude Bilie-By-Nze a fait savoir aux diffuseurs qu’ils sont censés désormais récolter cette redevance pour le compte de l’Etat. Estimée à près de 1.500 francs de CFA par mois, elle est payable par tous ceux qui reçoivent la télévision quel que soit le moyen.

Avec les diffuseurs de télévision, le ministre de la Communication a également abordé la question de l’application du nouveau code de la communication et les difficultés auxquelles ils sont confrontés, en tant qu’opérateurs audiovisuels.

Selon Alain-Claude Bilie-By-Nze, le nouveau code de la communication apportera des réponses idoines aux préoccupations de ces acteurs, d’autant «qu’il fixe les prérogatives de l’Etat, ses missions, mais aussi les droits des operateurs», a déclaré le ministre de la Communication.

Par ailleurs, Alain-Claude Bilie-By-Nze a informé les operateurs de l’institution d’un agrément technique. Leur implantation ou évolution en qualité de distributeurs et redistributeurs au Gabon dépendra désormais de l’acquisition de celui-ci.

Si ces nouvelles dispositions semblent être à la portée de chaque opérateur audiovisuel, selon le ministre de la Communication, ce dernier a tout de même estimé que «leur non-respect entraine des sanctions», a-t-il avertit.

«S’agissant de la redevance audiovisuelle, les operateurs qui ne la paieraient pas s’exposent à plusieurs risques, allant de 10% de ce qui est du pendant les trois premiers mois». Ces sanctions pourraient aboutir aux sanctions fiscales prévues par la loi, en cas de persistance.

ARTICLES LIÉS

0 Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant!

Il n'y a pas de commentaires pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrire un commentaire

Ecrire un commentaire

liste de diffusion des news en temps réel

Abonnez-vous pour recevoir les news en temps réel

Derniers Commentaires

Bonjour, je suis l'élève Tiliga dally giver du lycée technologique de leconi spécialisé en Chimie...

Amenez ce débat sur les chaines de television publiques...

Donc pourquoi poser ça sur la table pendant une pandémie mondiale, et que nos enfants...

La loi telle que votée ne laisse pas croire a la majorité, puisque 48 voix...

avions nous des véritables gabonais dans nos chambres parlementaires? ceux là qui respectent nos uses...

August 2017
M T W T F S S
« Jul   Sep »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

www.gabonactuel.com