Something went wrong with the connection!

Actualité

Le tourisme au Gabon

Le tourisme au Gabon
March 17
14:44 2016

Disposant de 22 millions d’hectares de forêt dense, riche de près de 400 espèces d’arbres et d’un littoral de 880 km presque intact, abritant des populations animales parmi les plus importantes sur terre.

Pour des espèces aussi emblématiques que le gorille, l’éléphant, le mandrill, la tortue Luth et la baleine à bosses, berceau d’une quarantaine d’ethnies dont les spiritualités (telles le Bwiti) ou les masques (tels que le Ngil) fascinent dans le monde entier, le Gabon bénéficie d’un patrimoine naturel et culturel non seulement exceptionnel mais également inaltéré.

Malgré son évident potentiel, le tourisme au Gabon peine à se développer en raison de freins que le gouvernement tentent de résorber : difficultés d’accès aux sites touristiques, prix élevés des billets d’avion, qualité de l’accueil très moyenne en raison d’un déficit en formation, infrastructures hôtelières vieillissantes etc.

En s’appuyant sur le pilier « Gabon vert » et afin de préserver cet environnement unique, le Gabon refuse de développer un tourisme de masse pour s’orienter vers un tourisme de qualité et vers l’écotourisme.

Le Plan stratégique Gabon Emergent (PSGE) décline l’objectif de positionnement du Gabon comme une destination de référence en matière de tourisme durable en un

 

 

plan sectoriel tourisme autour de deux axes :

1°) Élaboration d’un plan opérationnel tourisme 2012-2016, plan qui poursuit les objectifs suivants :

– Développer une image mondiale de qualité autour du Gabon Vert

– Renforcer les compétences en ingénierie touristique et marketing

– Développer significativement les investissements en hébergement de qualité

– Accroitre la promotion de la destination Gabon sur les principaux marchés émetteurs de tourisme d’affaires et d’écotourisme

– Développer l’accès au Gabon au meilleur coût à travers une offre aérienne compétitive et renforcer les services d’accueil

2°) Formation aux métiers du tourisme et de la restauration.

La contribution du secteur au PIB s’est élevée à 290M€ en 2011, soit 2,8% du PIB. 44 millions d’euros ont été investi en 2011, soit environ 1% du total des investissements de l’Etat. Le gouvernement vise 100 000 touristes par an d’ici 2020 et le montant des investissements devrait fortement croître.

Infrastructures de tourisme : des infrastructures défaillantes en cours de réaménagement. Les infrastructures de transport Les liaisons intérieures sont encore difficiles par la route. Le pays compte une quarantaine d’aéroports / aérodromes / pistes d’atterrissage. Pour le moment, les liaisons vers les principaux sites touristiques, notamment vers les parcs nationaux, s’effectuent par la voie aérienne ou par le rail (Transgabonais vers le Parc de la Lopé et Franceville).

Le gouvernement investit lourdement dans les infrastructures de transport, suivant le schéma directeur national d’infrastructures. L’Aéroport international de Libreville a ainsi été rénové avant la Coupe d’Afrique des Nations en 2012. L’Aéroport de Port-Gentil est en cours de réaménagement en vue de son ouverture au trafic international ; la voie du Transgabonais et de nombreux axes routiers sont en cours de rénovation, voire de création ou de renforcement.

Une douzaine de compagnies aériennes relient le Gabon au reste du monde : Air France (7 vols par semaine), Royal Air Maroc, Ethiopian Airlines, Turkish Airlines, Rwandair , Lufthansa, South African Airways, Senegal Airlines, Trans Air Congo, Air Côte d’Ivoire, Kenya Airways, Ceiba, Camair-Co, Asky, Air Burkina.

Trois compagnies se partagent le marché de l’affrètement et de la location : Afrijet, 2AG et SkyGabon, tandis que trois compagnies aériennes gabonaises assurent les liaisons aériennes locales : Allégiance, NRT et Afric Aviation, toutes blacklistées par l’Union Européenne) pour le moment.

Les infrastructures hôtelières

Le Gabon compte un peu moins de 400 structures hôtelières, en hausse constante, ce qui représente une capacité d’accueil d’environ 5 300 chambres dont la moitié sont concentrées à Libreville.

Les hôtels de grand standing sont assez vétustes et des programmes d’investissement sont engagés notamment à l’hôtel Okoumé Palace de Libreville, géré pendant 35 ans par la chaîne Intercontinental, puis pendant 3 ans par le groupe Libyen Laïco. Il s’est vu racheté, en mauvais état, par l’Etat gabonais en 2011, qui l’a rétrocédé au groupe d’affaires gabonais Wali Hotels & Resorts. Sa gérance cédée en mars 2012 au groupe Carlson Rezidor hotel Group pour une durée de 20 ans, prévoit une importante rénovation de l’hôtel, estimée à 25 Mds XAF. Au terme des travaux (2014), l’Okoumé Palace, disposera entre autres de 470 chambres et 13 salles de conférence, sous la marque « Radisson Blue » et « Park Inn ».

Parallèlement, l’Etat gabonais a profité des bons résultats enregistrés par l’hôtel Méridien Re-Ndama en 2011 et 2012 pour le céder au groupe Wali Hotels & Resort, qui prévoit d’investir dans la rénovation de cet hôtel de 256 chambres. Ce même groupe gabonais a acheté également le Méridien Mandji De Port-Gentil (80 chambres).

L’organisation de la coupe d’Afrique des Nations par le Gabon et la Guinée Equatoriale en 2012 a permis la construction de structures hôtelières de qualité telle que la Résidence le Nomad, la Résidence hôtelière du Phare, l’Onomo, l’Etoile d’Or, tous concentrés à Libreville.

Début 2012, l’Etat gabonais, via le fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) a signé un protocole d’accord avec l’entreprise singapourienne Aman Resorts pour la construction de six hôtels et lodges à Libreville et dans 5 parcs nationaux. 140 chambres haut standing devraient être construites dans ce projet sur une durée prévue de 5 ans.

En 2011, SFM Africa (Sustainable Forestry Management Africa Ltd, basée à l’Ile Maurice, a été créée en 2006 pour répondre aux opportunités liées au marché du dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre) a signé une convention avec le gouvernement gabonais pour un montant de 50 milliards XAF dans le cadre d’un projet de développement durable à Mayumba, dans le sud du littoral gabonais. La société y prévoit la création de « lodges » de luxe, ainsi qu’au sein de plusieurs autres parcs nationaux.

Egalement le groupe Marriott prévoit d’ouvrir d’ici 2015 un hôtel « Marriott Hotel & Resorts » de 250 chambres et un « Marriott Executive appartments » de 40 unités pour les voyageurs longue durée.

Les prix des chambres d’hôtel varient entre 60.000 FCFA (soit 91€) et 250 000 FCFA (soit 380€) pour des chambres doubles de qualité standard avec des conditions et des critères proches des normes européennes.

Les moyens humains

Les ressources humaines dans ce secteur sont assez limitées. On dénombre environ 5 000 emplois liés au tourisme, soit environ 1% de la masse salariale gabonaise, avec un déficit important en formation dans les secteurs de l’hôtellerie et la restauration.

 

 

Source:

http://www.legabonemergent.com/2013/11/explosion-du-tourisme-au-gabon-le-potentiel-de-progression-est-consid%C3%A9rable.html

 

ARTICLES LIÉS

0 Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant!

Il n'y a pas de commentaires pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrire un commentaire

Ecrire un commentaire

liste de diffusion des news en temps réel

Abonnez-vous pour recevoir les news en temps réel

Derniers Commentaires

Bonjour, je suis l'élève Tiliga dally giver du lycée technologique de leconi spécialisé en Chimie...

Amenez ce débat sur les chaines de television publiques...

Donc pourquoi poser ça sur la table pendant une pandémie mondiale, et que nos enfants...

La loi telle que votée ne laisse pas croire a la majorité, puisque 48 voix...

avions nous des véritables gabonais dans nos chambres parlementaires? ceux là qui respectent nos uses...

March 2016
M T W T F S S
« Feb   Apr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

www.gabonactuel.com