Something went wrong with the connection!

Actualité

Fait-divers : Une trentenaire rouée de coups par des gendarmes

Fait-divers : Une trentenaire rouée de coups par des gendarmes
August 14
10:18 2020
Après une partie de jambes en l’air mal tournée, une jeune dame se fait tabasser par deux gendarmes de service à la guérite de la maison Georges Rawiri, pour avoir réclamé ses dix milles FCFA comme convenus au départ.

Aux environs de 3h du matin, une jeune femme, de passage devant la Radio Télévision gabonaise, se fait tabasser et défigurée pour avoir réclamée ses dix milles à deux gendarmes, après que ces derniers se soient servis d’elle pour satisfaire leurs libidos.

Il s’agit de deux Gendarmes, de service à la guérite de la maison Georges Rawiri. L’un d’entre eux, au vu du passage d’une jeune dame la vingtaine révolue, l’interpelle et se rapproche de cette dernière et lui propose une partie de jambes en l’air. La demoiselle intéressée, ne se fait pas longtemps priée. Mais quelques temps après, un deuxième gendarme arrive pour prendre part aux ébats sexuel. C’est à ce moment que la victime pour d’avantage offrir ses services, exige la somme de dix (10) milles FCFA avant de poursuivre l’acte avec le deuxième. ‘’Il a dit qu’il ne lui restait que 7 milles, je lui ai dis donne. Il a refusé en disant qu’on fait d’abord. Quand j’ai insisté, c’est là qu’il a commencé à me frapper’’, a avancé la victime en larme et visiblement très amochée. Pour se justifier, l’agent dit connaître la fille depuis Boué, une ville situé dans la province de l’Ogooué Ivindo, raison pour laquelle il l’a interpellé.

Si tant est que l’un des gendarmes voulait comme par le passé poursuivre son aventure sexuel avec elle, pourquoi s’est-il senti obligé d’associer son compagnon de garde ? Même si les faits semblent jouer en faveur de cette femme, d’aucuns se demande en revanche ce que faisait la demoiselle à une heure pareille dans les rues de Libreville sachant que le couvre feu dans la ville est toujours d’actualité.


Voilà une affaire qui vient remettre en cause la responsabilité des agents de force de défense, très souvent impliqués dans des affaires peu honorifiques et de front, la question des mœurs qui a récemment été battue en branche lors de l’adoption du nouveau code pénal gabonais.

ARTICLES LIÉS

0 Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant!

Il n'y a pas de commentaires pour le moment, voulez-vous en ajouter un?

Ecrire un commentaire

Ecrire un commentaire

liste de diffusion des news en temps réel

Abonnez-vous pour recevoir les news en temps réel

Derniers Commentaires

Bonjour, je suis l'élève Tiliga dally giver du lycée technologique de leconi spécialisé en Chimie...

Amenez ce débat sur les chaines de television publiques...

Donc pourquoi poser ça sur la table pendant une pandémie mondiale, et que nos enfants...

La loi telle que votée ne laisse pas croire a la majorité, puisque 48 voix...

avions nous des véritables gabonais dans nos chambres parlementaires? ceux là qui respectent nos uses...

August 2020
M T W T F S S
« Jul   Sep »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

www.gabonactuel.com